Rêves de gosse

Par Marco, dimanche 27 juin 2010 à 05:08 - Actualités du club

Le club fête ses 25 ans. Jean Kohler, président-fondateur du club en 1985, raconte les débuts de l'aventure verte (enfin, orange d=), son parcours personnel, la transition entre la JPF et l'ACSL, les racines, les valeurs, l'héritage...

''Rêves de gosses

On devait avoir 10 ans à l’époque,( on, je voulais dire les Michel Gilbert, Rémy et Emile, mais aussi Bernard Merkel, Michel Sand, et les copains de classe). On venait de vivre 3 ans plutôt le dernier match des JPF en 1969. Il nous restait des souvenirs encore chauds comme les cendres de la salle du presbytère qui avait disparu dans un incendie et qui servait de vestiaire aux basketteurs de Furdenheim. On avait 10, 11 ans, on jouait au basket entre midi et deux avant l’école, sur le vieux terrain dans la cour du pasteur Berron, et c’est là que tout a recommencé. L’idée de refaire un club, je n’avais que 11 ans, mais, avec les amis, la décision était prise. On va créer un club de basket !

D’abord il fallait refaire le terrain, peinture des panneaux, remettre des filets, acquérir un vrai ballon, qui fût acheté en commun chez « Very « à Strasbourg. Des vestiges des JPF, on avait dégoté un vieux jeu de maillots orange …

Maintenant il fallait un entraîneur. Je suis allé sonné chez un certain Jean-René Munch, mais la réponse fut négative, il était à cette époque trop occupé, il était celui qui réussissait à la grande époque de l’ES … Puis on a trouvé M. Claude Braun, lui jouait à l’Espérance Strasbourg, il habitait le lotissement. Il est venu nous voir jouer, mieux on avait organisé un match à Duttlenheim sans la moindre licence, on les a battus avec 40 points d’écarts, et du coup on avait un entraîneur… À la rentrée, il fallait faire un choix, aller tous jouer à l’Esperance avec Claude ou faire du foot … Pas de transports, des parents pas très chauds, on est aller faire du foot avec Michel Funfrock, c’est lui qui m’a appris à partager, il m’a montré le vrai sens du mot éducateur, il connaissait ses valeurs héritées de la JPF et d’un certain Pierre Muller.

Bien plus tard, j’ai repris le basket à 18 ans, pour le fun à Marlenheim, puis une licence à Rangen avec mon ami Roland Koehler. L’idée de faire revivre la JPF était toujours là. Je suis allé sonner une deuxième fois chez JR pour lui proposé de faire un club à Furdenheim …. On a d’abord réuni les anciens, Haaser, Roth JP, Mahler Robert, Michel Gilbert et Armand et bien sûr les regrettés Flick Gérard et Noeppel Pierre. On a ensuite organisé un match amical contre Marle, à la grande surprise de tous, ce fût une belle victoire ! On y était …. C’était repartit, 6 mois plus tard, on faisait le premier tournoi à FUFU, puis le permis de construire la salle, Jean Francois Kapps, Michel Arnould et moi-même quittions Marle et JR nous rejoignait pour démarrer l’ACSL FURDENHEIM en compagnie d’une belle équipe féminines dont on connaît la grande aventure.

Si je vous raconte cette histoire, c’est pour vous dire qu’il y a 25 ans, on a fait ce que peu de club ont réussi. Ce rêve d’enfant, de la JPF à FUFU, on l’a bâti sur du solide, du réel, pas sur le pognon, mais sur les valeurs de partage, et d’amitié, ces valeurs qui sont les miennes. Et c’est pour ça que je me bats tous les jours, c’est pour ça qu’on ira aux USA ou qu’on est allé à La Réole, en Slovaquie et ailleurs. Les présidents se succèdent, le club reste et doit rester le même, peut importe le niveau où l’on joue. Ce week-end, venez faire un tour, venez prendre un repas ou un verre, seul ou en famille.
Venir nombreux au Gargantua, ce n’est pas pour faire du chiffre, mais pour partager ensemble ce moment, cette fête et les valeurs que nous défendons tous !

Que serons-nous dans 25 ans ? Que sera Fufu dans 25 ans ? La réponse est simple, Fufu c’est comme un arbre, qu’on a planté ensemble, qu’on a vu sortir de terre, grandir et porter ses fruits. Notre arbre continuera à vivre car nos racines sont saines et profondes. Nous héritons d’un riche passé, au présent nous confortons nos valeurs, l’avenir appartient à nos jeunes, le club aussi.'' Jean kohler

Commentaires

1. Le jeudi 24 juin 2010 à 16:54, par partenaire anonyme

si le club doit être base que sur du benevolat, à quoi bon vous soutenir financierement, car sans finance pas d'arbitre, pas de deplacement possible pour l'equipe une et les autres.


2. Le jeudi 24 juin 2010 à 19:17, par Jkohler

Anonyme ... Facile , chez nous sans les bénévoles , pas de club .. Venez chez moi je vous expliquerai ce que beaucoup ne comprennent pas!,


3. Le samedi 26 juin 2010 à 16:36, par marcO

L'animation du club est basée sur le bénévolat, la question ne se pose même plus, les bénéfices (financiers et surtout humains) sont énormes, pas la place ni le temps de développer ici, le bénévolat est une culture, Jean se tient prêt à l'expliquer ;-).
Le soutien des partenaires est essentiel, notamment pour le basket de haut-niveau, c'est surtout ce pan du club qui a besoin de financements extérieurs pour subsister. Mais dans ce domaine également, la passion et le ... bénévolat permettent de réaliser de belles choses face à des équipes dont le budget est parfois 2 à 3 fois supérieur. Les frais fixes sont effectivement importants, entre les inscriptions à la FFBB, les arbitres (7000€), les transports, les équipements et autres petites dépenses, le compteur affiche près de 40000€. Sans partenaires, pas de basket de haut-niveau, c'est super clair.
Entre les lignes du commentaire #1 (s'agit-il seulement d'un partenaire?), on sent poindre le début d'un reproche relatif peut-être à un manque de visibilité -et donc de retour- pour les partenaires engagés pour certains depuis le début. Ce thème est légitime et nous réfléchissons à l'une ou l'autre action pour améliorer ces échanges. Si le partenaire du commentaire #1, a des propositions, elles seront les bienvenues, merci par avance. Nous essayons de travailler le plus possible avec les entreprises qui nous soutiennent, et nous les privilégions naturellement dans la mesure du possible. Nous les remercions avec nos moyens, en les invitant par exemple au repas Gargantua du 25ème anniversaire.

Plusieurs partenaires se sont engagés à nos côté pour la simple raison qu'ils estimaient qu'arriver à ce niveau de compétition -et le rester pendant plus de 10 ans!- avec des moyens plus que raisonnables est juste quelque chose d'assez incroyable, le petit village qui joue dans la cours des grandes villes, une histoire tellement belle qu'elle mérite un encouragement, même désintéressé. Donner sans rien attendre en retour, c'est un peu du partenariat bénévole, non ? :-)



Ajouter un commentaire

username