Sur le papier, c'était un match gagné d'avance. Nous avions gagné avec 63 points d'avance ( 103-40 ) le match allé et nos futurs adversaires étaient et sont toujours si je ne me trompe en avant dernière position. Nous ne fîmes qu'une légère partie l'échauffement, assez bâclée, et nous étions plus que confiant sur le futur score qu'allait déterminer cette rencontre. Pourtant, contre toutes nos attentes, l'équipe adverse, qui cette fois était au complet, débutait le match avec bien plus d'aisance que nous et rapidement nous vîmes le score se serrer d'avantage, nous déstabilisant. Notre confiance fut vite dissipée et notre moral abaissé. Nous étions démoralisé, alors que le match se prolongeait et que nous ne prenions aucune avance, si ce n'est que de quelques points, voire d'une dizaine pendant de cours laps de temps. Notre jeu se dégradait de plus en plus, et je prendrai la journée à décrire ces mauvaises passes ou autres pitoyable actions mal menées... En définitif, notre jeu c'était restreint au strict minimum pour rester devant nos adversaires, et encore... Les fautes s'accumulaient. La lumière dans nos yeux à l'aube du match s'était éteinte et le regard des supporters ainsi que l'expression de nos visages et des leurs s'étaient déteints. Nous vîmes des joueurs refusant de continuer, un coach désespéré et des supporters déçus. Quand, alors que tout le monde baissé les bras, nos regards se croisèrent. Chacun d'entre nous savait se que pensait l'autre et que jamais nous n'abandonnerions, et surtout que nous resterions unis quoi qu'il en coûte. Nous nous regardions tous les uns les autres, la lumière dans nos yeux c'était rallumée et flambée de mille feux. Un sourire gagna nos lèvres et après plusieurs encouragements mutuels et de motivations venant des tribunes et de notre coach, nous reprîmes le match. Nous ne jouâmes bien sûr pas de notre mieux, mais, épuisé mais conscient que personne ne nous battrai, nous finîmes ce match avec 17 à 1 au dernier quart-temps et vînmes la lueur d'espoir chez nos adversaires devenir de la peur. Nous n'avons cependant rien fait d'exceptionnel, et cela même au dernier quart-temps, mais c'est une nouvelle victoire à afficher à notre effigie.

Commentaires

1. Le mardi 15 décembre 2009 à 22:17, par Philippe HUSENU

Issu du terreau football, parent de jeunes basketteurs de Fufuland, je suis toujours étonné par cette forme de prédétermination qui habite nos joueurs avant une rencontre. Soit nous nous mesurons à une équipe plus faible et le match, sans grand intérêt supposé, est gagné d'avance, soit l'adversaire est présumé plus fort et la rencontre est quasiment perdue d'avance. Offrons vite à nos jeunes une cellule de soutien psychologique ! Si en plus d'une ambiance villageoise unique, de la proximité et de l'enthousiasme, l'on pouvait inculquer au plus grand nombre l'idée que le dépassement de soi n'est pas une vue lunaire de l'esprit, que collectivement avec le gnac et un soupçon de fufuspirit tout est possible .... La foi renverse des montagnes ; la motivation quant à elle, peut naître du plaisir, le plaisir de jouer, le plaisir d'être ensemble et de se réaliser au travers du jeu. Mais quelquefois,pour se dépasser, et atteindre les sommets, le chemin passe par la réflexion, l'effort, mais aussi la contrariété, voire la douleur. En sommes nous encore capable du haut de nos existences formatées ?


2. Le mercredi 16 décembre 2009 à 13:24, par jean K

on a eu la même discussion à la salle , avec des parents , je suis d'avis à prendre le compte rendu au 2ieme degré ,ou même d'en respecter le style , il est un fait ces articles sont fait par les minimes eux même , ça c'est déjà bien , il est régulier et hebdomadaire ..c'est génial. ils seront plus difficile à écrire en deuxième phase y'a pas de doutes ... Mais ils font vivre d'une façon ou d'une autre notre site !!! Les jeunes rêvent encore , ils sont loin des insultes , du mépris ou de l'agression verbale .Ils sont tous simplement sympa ! ils portent notre maillot vert , ils vous font voire rouge par moment , mais ils n'ont pas d'idées noires , ils voient encore leur vie en rose !!! Alors , laissez les rêver de ciel bleu et d'arc en ciel !! .Bravo les jeunes ! continuez à progresser au basket ....mais aussi dans votre tête d'enfant , encore remplie de milles couleurs !!


3. Le mercredi 16 décembre 2009 à 14:09, par Vince

Si seulement tout cela était vrai... Voir la vie en rose ne déplairai pas à beaucoup. Malheureusement, les enfants rêvant de cieux magnifiques et colorés ou encore d'eaux profondes miroitantes et reflétant dans leurs éclats leur innocence ne sont pas aussi âgés que nous. Pour ce qui est des pensées noires ou de la violence, du mépris ou de l'agression, nous en connaissons un rayon. Dans mes rapports, je ne fais qu'apporter à certains ce qu'ils veulent entendre, ou plus précisément, lire et non se que je pense. Cependant, y croire ne peut être que bénéfique pour mes lecteurs, et j'accepte les remerciements que je reçois, même si personnellement, je ne trouve pas mes rapports particulièrement géniaux, voir presque mauvais pour certains...


4. Le jeudi 17 décembre 2009 à 16:12, par JD

J'ai beaucoup aimé ce qu'à écrit Philippe et je partage en grande partie ce qui est dit. Se faire mal sur un terrain, à l'entrainement ou au match (et on ne parle pas de blessure bien sûr!), se dépasser mais pas pour soi, pour l'équipe, pour l'autre. j'ai l'impression que parfois on ne sait plus faire cela, et pourtant le plaisir vient aussi de là. Alors oui gardons ce qui fait de notre club un club à part (unique serait surement prétentieux), et essayons de faire percevoir à chacun (dès le plus jeune âge) qu'il faut savoir tout donner sur le terrain... ils savaient que c'était impossible alors ils l'ont fait!


5. Le samedi 19 décembre 2009 à 16:08, par yann kohler

nous avons peut etre gagner ce match difficilement mais en tout cas vince tu fait des articles exellent je te felicite


6. Le dimanche 27 décembre 2009 à 20:41, par Anne Bilger

Bravo pour ton commentaire Philippe. Pour preuve qu'en ayant la gnac à 5 sur le terrain on peut faire des miracles, se référer au match retour des cadettes contre Eckbo... A bon entendeur...



Ajouter un commentaire

username